Vous êtes ici

Avis n°152

L'atelier d'information "L'énergie et l'opinion"

Ajouté par La commission particulière du débat PPE (Paris), le
[Origine : Autre]
Autres

Lundi 26 mars s'est tenu le premier atelier d'information consacré au rapport de l'opinion à l'energie. Chaque intervenant a pu présenter un aspect du sujet : le rapport de l'opinion au changement climatique, aux économie d'énergie, aux ENR, au nucléaire, aux risques d'une façon plus générale. Puis un échange s'est engagé dont il ressort assez unanimement que toute vision qui réduirait les politiques publiques à des mesures nécessitant une simple information du public pour l'inciter au changement raterait sa cible. En réalité la formation de l'opinion sur ces sujets obéit à des processus multicritères qui mêlent valeurs, vision civique, rationalité économique, évaluation des bénéfices et des risques, considérations locales. L'attention a été attirée notamment sur le risque de décrochage de catégories de la population pouvant ressentir négativement les consequences de la transition en terme de fiscalité, de hausse des prix ou de pouvoir d'achat.

Convaincre, c'est donc accompagner l'opinion, ouvrir des espaces d'action pour chacun, négocier équitablement l'implication de toutes les catégories de la population. Les stratégies énergétiques sont donc inséparables de politiques plus globales tendant à renforcer la cohésion sociale et l'équité territoriale.

 

Commentaires

« Convaincre, c'est donc accompagner l'opinion, ouvrir des espaces d'action pour chacun, négocier équitablement l'implication de toutes les catégories de la population » pour reprendre ce qui a été écrit en lancement du débat.

Comme habituellement et notamment pour ce sujet conflictuel, majeur pour la nation mais complexe, le débat commence par des sondages sur l’opinion de nos concitoyens.
Mais qui forme l’opinion….
Alors je vous propose l’action suivante, tous les matins montrer les statistiques (ONU :, OMS, GIEC,AIE) qui mobilisent des milliers de chercheurs, des conséquences sur l’homme de la production d’énergie toutes filières détaillées :
Exemples : traitements des déchets issus des énergies :
des 20 000 morts par jour dans le monde (60 pour l’Europe), dus à la pollution de l’air et de l’eau, issus principalement des résidus de la combustion.
Mettre une caméra en boucle sur le ciel des 15 Millions d’habitants de Canton. Sur plus de 8000 Km² le soleil pourtant intense ne traverse plus le nuage de pollution à 1000m d’altitude, auquel nous contribuons mais pour combien ?
La comparaison sera immédiate, les incidences sur l’humanité des différentes sortes d’énergie, voire même du manque d’énergie puisque tel est le propos.
Il est même étonnant de constater que ce qui est pris pour du vert est souvent vert de gris.
Après en connaissance de cause on demande à l’opinion de se prononcer, pas l’inverse.
Je n’ai pas trouvé dans les documents à disposition les rapports de l’OMS sur les causes de mortalité dans le monde, les 56 Millions annuel, 8 sont consécutifs à la pollution de l’air et de l’eau loin des 10000 attribués au nucléaire civil (y compris Tchernobyl) 1.8 pour les transports, 7 pour le tabac..la combustion figure en première ligne, et le nucléaire n’est pas dans les 10 premières causes.
Ni des études comparatives existantes sur les dangers et problèmes liés aux sources d’énergie, concernant l’électricité notamment : FranzH Koch,Hydropower-internalized Costs and Externalied Benefits, ; Anil Markandya et Paul Wilkinson, Electricity generation and health, Kharecha et Hansen, ; Prevented Mortality and Greehouse gas Emissions from historical and projected/ nuclear Power.
Les ateliers mondiaux Chinois, Indien, par ex, font le travail qu’on leur à commandé et pour cela consomme l’énergie la moins chère à leur disposition : le charbon. Eh oui, même avec plus d’un Milliard de travailleurs à disposition sans énergie pas de production. (85% de l’énergie finale mondiale est issue de la combustion, 72% en France)
L’urgence c’est combattre la combustion, dés aujourd’hui . Ce sont les recommandations de l’AIE déclinée dans tous les secteurs dont celui de l’électricité qui est dans le monde à 70% issue de la combustion, pour la France ….9% ce n’est pas du tout l’objectif majeur pour notre pays et pourtant.
L’action dramatique de La combustion sur le climat est consensuelle, mais ses effets délétère actuels sont nettement moins médiatisés, pourquoi ?
Ce que l’on peut gravement reprocher, avant de questionner la majorité d’entre nous c’est d’avoir consciemment préparé l’opinion publique à accepter des contraintes en s’appuyant sur des informations incomplètes, partisanes voire mensongères.
Puisque l’occasion est donnée, ce qui est encore plus regrettable c’est que toutes ces informations officielles sont connus de nos fonctionnaires et gouvernants, ils sont membres du GIEC, de l’AIE, de l’OMS…, ils sont destinataires de ces milliers de publications et recommandations, ils sont dotés de structure d’analyse et d’études, il est de leur rôle premier de rendre accessible un concentré de ces informations factuelles aux citoyens avant de les interroger sur le sujet.
Pour l’instant ce n’est que partiel et partisan , à l’appui quelques éléments : le comportement à charge de certains rapports de l’ADEME contre le nucléaire avec des arguments faux, réputés fuités après coup, mais publiés dans les médias sans aucun démentis postérieurs ;
Le fait que pour la RT2012 un coefficient contraignant des critères d’isolation favorise le gaz au détriment de l’électricité, à ce sujet la sensibilité thermique du territoire par degré en période de froid est bien connue pour l’électricité, 2500Mw, mais pour le gaz, il faut chercher dans une thèse commanditée par ENGIE c’est de l’ordre de 5500MW, pour le fioul domestique je n’ai pas trouvé ;les pertes fatales sont bien prises en compte pour la production d’origine nucléaire, mais pas pour le moteur thermique, comme les techniciens le savent c’est 70% perdu en chaleur ….. il n’est pas donné à la majorité de nos concitoyens d’aller à la pêche des informations sur le sujet, ni d’avoir le temps et la compréhension suffisante,
Pour une société qui souhaite être démocratique transparente et moderne, nos fonctionnaires et gouvernants, serviteurs de la nation, à l’appui des sondages d’opinion se doivent d’’exposer la réalité des faits dans leur évolution. La population subit la manipulation continuelle des lobbies de tous bords, une référence crédible est de rigueur.
La transparence actuelle affichée semble sincère, mais il y a un passif, qu’il est souhaitable de régler, espérons que ce type de démarche contribuera à faire évoluer les pratiques afin d’avancer collectivement avec efficacité sur le sujet.

26130