Vous êtes ici

Question n°380

Comparaison entre coût du photovoltaïque et tarif bleu

Ajouté par Henri CHAMBON (Lyon), le
[Origine : Site internet]

Dans l'exposé du représentant de l'ADEME (atelier Prix et coût de l'énergie), la comparaison entre coût de production du photovoltaïque en toiture dite décentralisée (par opposition aux grands sites photovoltaïques) et le tarif bleu m'interroge beaucoup :
- D'une part le tarif bleu contient de nombreuses taxes (dont la CSPE), alors que le coût du photovoltaïque ne l'inclut pas.
- D'autre part, l'énergie photovoltaïque n'est produite que quand il y a du soleil, alors que le tarif bleu garantit un kWh effectif toute l'année. Des moyens de secours ou de stockage sont donc à prévoir et à chiffrer.
- Enfin et surtout, les clients ne se débranchent pas du réseau à ma connaissance, et bénéficient d'une capacité éventuelle d'exportation (heures creuses et plein soleil) ou d'importation (heures pleines et nuit), sans parler de la stabilité de tension et de fréquence assurée par le réseau. Ils ont donc autant besoin du réseau que d'autres clients, le réseau étant dimensionné pour la pointe d'hiver, qui se situe le soir (donc sans production solaire). Ne pas inclure a minima dans la comparaison les coûts de réseau revient à considérer le client équipé de photovoltaïque comme un « passager clandestin » du système, qui bénéficie de l'ensemble de ces services, sans en payer sa part.

Ces remarques ne devraient-elles pas être prises en compte quand on compare le tarif bleu et le coût du photovoltaïque ?

Date de la réponse:
Réponse de La maîtrise d’ouvrage, le
Réponse:

Nous vous remercions pour votre contribution au débat public. Cette question porte sur un document de l'ADEME, elle va donc être transmise à l'ADEME.

Complément apporté par la DGEC:

Le prix du tarif bleu est un prix global prenant en compte les coûts liés à la production, au réseau et aux autres coûts liés à la fourniture de l’électricité et incluent les taxes.

 

Suivant le point de vue d’un consommateur, le choix à opérer est soit de consommer la part autoproduite par son installation, soit payer l’électricité qui vient du réseau. Dans le cas où le consommateur choisit d’autoconsommer pour couvrir une partie de ses besoins en électricité, la production photovoltaïque vient dans les faits se substituer à l’électricité que le consommateur aurait achetée à son fournisseur d’électricité. Dans ce cadre-là et compte tenu de cette logique de substitution, il est pertinent de comparer le tarif bleu et le coût de production de l’électricité qui est auto-consommée.

Il est par ailleurs vrai que le consommateur disposant d’une telle installation reste connecté au réseau, mais il induit pour le système électrique des sollicitations différentes. La CRE a ainsi mis en place un TURPE spécifique pour l’autoconsommation collective afin de refléter les coûts de réseaux induits par l’autoconsommation, et le besoin assuranciel du réseau lié, comme vous le mentionnez, à la consommation notamment nocturne.