Vous êtes ici

Point de vue n°25

Cahier d'acteur n°11 - ACSPV

Hervé NIFENECKER (Vizille)

Nous suggérons donc de prendre acte de l’échec de la politique de lutte contre le réchauffement climatique basée sur le développement prioritaire et subventionné artificiellement, des productions éolienne et photovoltaïque et de la remplacer par une politique axée délibérément sur les transports et la rénovation thermique pour effectivement réduire les sources principales de gaz à effet de serre en France.

Commentaires

Grand merci à ACSPV de nous recentrer sur le climat, trop souvent oublié dans des ateliers de controverse et les dossiers du maître d'ouvrage.Personnellement j'avais demandé sans réponse un bilan des politiques des dix dernières années.Avant de lancer des propositions sur l'avenir, j'ai appris dans ma vie professionnelle dans l'entreprise qu'il faut analyser les tendances. Or ASCV comme Géopolitique de l'électricité qui fait l'objet d'un autre cahier d'acteur nous place face à ce qu'il faut bien appeler un échec prévisible français. Il suffit de lire le Suivi de la stratégie nationale bas carbone qui figure dans le dossier du maître d'ouvrage pour constater que le pays organisateur de la COP 21 se prépare à avouer dans la honte d'ici 2030 qu'il ne tiendra pas ses objectifs de réduction de 40% de ses émissions entre 1990 et 2030.
Nous devons regarder les moyens , nucléaire et renouvelables comme seulement des moyens à combiner intelligemment pour réussir notre politique climatique.
Les renouvelables électriques, en particulier le solaire ont des impacts climatiques beaucoup plus profitables quand ils sont déployés dans des pays où l'électricité est encore produite à base de charbon etpourvu de déserts où le terrain est gratuit et où l'irradiation est le triple de celle de nos territoires. Ce devrait être le terrain de chasse de nos grandes entreprises EDF et Engie..
En France, les renouvelables électriques rapportent très peu sur le plan climatique et coûtent très cher, + 20% de majoration du prix de l'électricité en € constant depuis 2000. Je propose à mes lecteurs de le vérifier en comparant leurs factures d'électricité entre 2000 et 2017.
je constate avec bonheur que la majorité des cahiers d'acteurs provenant de société s savantes ou d'ingénieurs ne sont pas d'accord avec les stupides contraintes de moyen, dont le 50% de nucléaire, justifiées par un bridage autoritaire de la consommation d'électricité.
Le nucléaire est un moyen efficace au service du climat.

Les crédits publics disponibles seraient utilisés avec profit dans les secteurs du logement et du transport.

92190

Bonjour,
Propriétaire d'un véhicule électrique depuis 2013, j'étais tout a fait convaincue de l'utilité de mon choix... jusqu'à ce que je découvre qu'un VE mis sur le marché est déjà responsable de la quasi-totalité des émissions de CO2 d'un véhicule diesel sur tout son cycle de vie. Ceci parce que les métaux rares nécessaires à son fonctionnement ont été extrait à grand renfort de camions et d'engins énergivores fonctionnant à l'énergie thermique. Sans compter la destruction de l'environnement sur ces sites...
Une vraie solution est l'apprentissage de la sobriété dans les transports. Mais aucun gouvernement ne s'est concentré sur ce programme hautement risqué sur le plan électoral. Du coup, les progrès sont mineurs ou inexistants. Je considère que c'est un crime pour l'avenir, car aucune adaptation efficace n'est en marche."On" préfère sans doute attendre la crise plutôt que de prendre les responsabilités nécessaires.

38250

Selon l'étude de l'ADEME le VE est favorable dans pratiquement tous les cas.Voir:
http://www.avem.fr/actualite-vehicule-electrique-et-analyse-du-cycle-de-...

Réponse de Fabien Perdu spécialiste
Références
http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/90511_acv-compa...
Figure 1-5 page 34.

En figure 1-7 on a le domaine de pertinence environnementale du VE (qui se déduit de la précédente).
En France le VE est donc pertinent du point de vue CO2 dès qu’on dépasse 40-50000 km sur la vie du véhicule (avec une batterie pas trop grosse, ici 24 kWh).
Effectivement on pollue plus à la fabrication, mais bien moins que sur tout le cycle de vie du thermique.

Avec une électricité ‘propre’ (France), on y gagne donc très largement.

Avec une électricité ‘sale’ (Allemagne), c’est beaucoup moins net.

Cette étude est faite pour une batterie de 24 kWh. Plus la batterie est grosse (ex. Tesla), plus le handicap au départ est lourd.

Un bon moyen de réduire l’impact initial est de partir sur un hybride rechargeable avec une petite batterie (5-10 kWh) qui permet malgré tout de faire 70% du kilométrage en tout électrique.

Si l' on examine sans parti pris faussement "vert "
et donc authentiquement respectueux des ressources d'une terre dont on a deja tire plus qu elle a donne et la sauver dans 20 ans maximum il convient de lancer le grand debat public en presence des citoyens des elus amors que le pouvoir navigue a courte vue sous l influence des lobbies capitalistes en haussant sans cesse les tarifs , en privatisant l energie . Ce projet des Communistes est a soutenir sans a prioris politiciens car C EST UN CHOIX DE CIVILISATION QUI DOIT ETRE SUIVI D UN REFERENDUM SUR 3 QUESTIONS LIEES . bEAUCOUP COMPRENNENT DEJA QUE L ENERGIE NUCLEAIRE DAIT ETRE SOUS CONTROLE D UNE EDF RENATIONALISEE par exemple car se passer du nucléaire meme dans 30 ans
c est acheter de l energie sale comme celle d Allemagne qui a rouvert des centrales au charbon lignite le plus toxique et qui envahit nos bronches en region parisienne comme l a revele Autoplus quand la mairesse de paris accusait les automobilistes de la capitale ...
LIRE L HUMANITE ET H. DIMACHE POUR ECHAPPER A LA DESINFORMATION EN GENERAL.ET A LA CENSURE ANTI PCF .DES DEBATS CHAQUE SEMAINE LE VENDREDI ET A LA FETE EN SEPTEMBRE LE PLS VASTE DEBAT POLITIQUE A CIEL OUVERT EN EUROPE . MEME DES MINISTRES Y VIENNENT . AUCUN MEDIA NE NS EN DISENT MOT . C EST A VIVRE. SANS OEILLERES .

12200